“Le butoh est un corps mort debout dans le désespoir.”

 

Tatsumi Hijikata

© Françoise Royer-Rondeau